Belle-de-nuit

Belle-de-nuit sous l’abat-jour

D’un monde étrange et inconnu

Montre ses hanches et ses seins nus

À de tristes vautours

 

À quelques pas coule la Meuse

Et elle est fardée de lumières

Du rouge, du blanc et puis du vert

Elle pourrit dans un lit, vaseuse

Vitre sans teint, criblée de rêves

Et sous les ponts, la nuit, elle crève

 

Thibaut Creppe

 

Comments

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google+ photo

Je reageert onder je Google+ account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s